Anne Marion de CAYEUX

Avocat au Barreau de Paris Spécialiste en Droit de la famille
des personnes et de leur patrimoine
Médiateur Espace Client

Publications

Indépendance : Définition

Publié le : 06/05/2011 06 mai Mai 2011
Absence de subordination à qui ou quoi que ce soit sur le plan matériel, moral, social …

L’avocat jure d’exercer ses fonctions avec indépendance lorsqu’il prête serment.

Cela signifie tout d’abord qu’il ne doit être soumis à aucune pression d’aucune sorte de la part de ses clients.

Le Code de déontologie des avocats de l’Union européenne, adopté le 28 octobre 1988  à Strasbourg –  qui est désormais érigé au rang de norme déontologique européenne – fait figurer au premier rang des principes généraux de la déontologie, l’indépendance.

L’exercice professionnel de l’avocat doit être « exempt de toute pression, notamment de celle résultant de ses propres intérêts ou d’influences extérieures […] la prestation juridique de l’avocat n’ayant aucune valeur si elle a été donnée par complaisance, par intérêts personnels ou sous l’effet d’une pression extérieure ».

L’avocat doit donc se montrer aussi indépendant à l’égard de son client qu’envers les magistrats, et n’avoir le souci de complaire ni à l’un ni à l’autre.

C’est la condition pour que l’avocat donne un conseil ou une assistance de qualité : qu’il puisse intervenir en tant qu’expert, non en lobbyiste.

L’indépendance a pour conséquence qu’un avocat a le devoir de diversifier sa clientèle : un client ne doit pas détenir de pouvoir économique sur lui. Or cette situation est relativement fréquente, lorsqu’un avocat est  sollicité par une entreprise ou une organisation qui finit par représenter structurellement plus de  50 % de son chiffre d’affaires. L’avocat aura plus de difficultés à user de son autorité pour faire entendre des analyses ou préconisations déplaisantes.

Elle est aussi la cause de certaines interdictions et incompatibilités : aucune immixtion dans une activité commerciale n’est permise, sauf autorisation expresse et préalable du Conseil de l’Ordre des Avocats, aucun cumul avec une autre profession (médecin, journaliste, voire … prêtre !).

En revanche, des activités d’enseignement, certaines fonctions au sein de juridictions (conseiller prud’homal…), des missions temporaires (à condition de ne faire aucun acte de leur profession en même temps), des mandats électoraux, sont permis, sous certaines conditions.

L’indépendance de l’avocat concerne également l’indépendance de la profession dans son ensemble : il s’agit de donner aux avocats toutes les garanties pour qu’ils puissent exercer leurs fonctions librement.

La Recommandation du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe « sur la liberté d’exercice de la profession d’avocat »  adoptée le 25 octobre 2000 pose en substance six principales conditions :

1° un véritable « droit d’accès aux clients » ;

2 ° un total  accès aux informations, renseignements et pièces des dossiers ;

3° le  droit à la  « liberté d’opinion, d’expression, mais aussi d’associations et de réunions » ;

4° le droit de se déplacer ;

5° le droit de participer à des débats publics sur les questions relatives à la loi et à l’administration de la justice et de suggérer des réformes ;

6° le droit de s’associer librement au sein d’organisations professionnelles ou de barreaux eux-mêmes autonomes et indépendants.

L’indépendance recouvre aussi le droit de ne pas être assimilés à leurs clients ou leurs causes, ce qui implique la liberté d’expression des avocats dans leurs écrits judiciaires ou leurs plaidoiries, dès lors qu’il s’agit de déclarations pertinentes et faites de bonne foi.

Un avocat ne peut être sanctionné civilement ou pénalement pour diffamation lorsqu’il produit devant une juridiction des accusations contre l’adversaire de leur client. Si une plainte a été portée à mauvais escient, c’est le client qui sera éventuellement sanctionné pour dénonciation calomnieuse, mais en aucun cas son avocat – dès lors qu’il a agi de bonne foi.

L’indépendance donc, un principe riche et fondamental de notre profession.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.